L’enseignement des langues

L’enseignement des langues vivantes à René Descartes a pour objectif de former des élèves parfaitement multilingues. Le groupe scolaire a, de toute évidence, une prédilection pour un enseignement renforcé des langues étrangères conformément aux préconisations de l’AEFE. Cela débute en 6ème où les élèves poursuivent l’apprentissage de l’anglais et de l’arabe débutés à l’école primaire. Dès la 5ème, les élèves choisissent une 3ème langue vivante (l’allemand ou l’espagnol). Ils peuvent également commencer l’étude du latin. Des certifications sont proposées à plusieurs niveaux : en français (DELF), en anglais (British Council), en espagnol (DELE) et bientôt en arabe (CIMA). Outre les examens français, le GSRD veille à ce que les élèves passent également des certifications par des accords signés avec le British Council ou bien l’Institut Cervantes ou encore le Goethe Institut. A la fin du cycle Terminal, les élèves doivent atteindre le niveau B2 en LV1 et le niveau B1 en LV2.

L’arabe obligatoire

Dans le système français, il est fait obligation d’assurer l’enseignement de la langue du pays d’accueil. Chez René Descartes, par semaine, les élèves du primaire par exemple ont 3h00 d’arabe plus 1h00 de co-intervention (utilisation alternative des deux langues pour une même matière, française et arabe). Selon le système, il n’y a pas d’examen, on travaille par compétences de sorte à ce que les enfants se forgent un esprit critique, soient en capacité d’analyser et, surtout, qu’ils comprennent ce qu’ils font.
L’arabe-obligatoire

Des élèves qui peuvent aller partout

La particularité du système français, c’est l’existence d’un réseau mondial d’enseignement dans 173 pays. Ce qui veut dire qu’un enfant venant d’une autre école française à Tunis ou à l’étranger s’inscrivant au sein du Groupe scolaire René Descartes, même en cours d’année, y retrouvera le même niveau sans aucune rupture ou écart ni qualitatif ni quantitatif. Les matières enseignées sont celles du système français sans aucune dérogation. Cependant, on souligne bien que l’objectif est d’être ouverts à la Tunisie.